Tag Archives: taylor momsen

The Pretty Reckless @ L’Olympia

C’est avec déjà quelques bières dans le corps que je me mis en route vers l’Olympia de Montréal la semaine dernière.  The Pretty Reckless et Adelitas Way, un beau samedi ensoleillé d’automne. La petite soirée qui s’annonçait bien mouvementée.  C’est le groupe Crash Midnight qui devait assurer la première partie dès 20h, à mon grand désarroi, lors de mon arrivé à 20h15 la première partie achevait déjà sa dernière chanson.  Qu’il en soit ainsi, je devrai les entendre une autre fois pour me faire une idée!

the-pretty-reckless-tickets_10-20-14_23_5388a9ecf3a54

Adelitas Way et une foule en délire

Je ne m’attendais pas à grand chose de leur part, n’ayant jamais été particulièrement attiré vers leur son qui sort peu des chantiers battus.  Néanmoins, on m’a souvent vanté leur énergie dégagée sur scène, après tout ça restera toujours le grande force de ces groupes de rock alternatifs qui ne cesseront pas de se multiplier.  On m’avait très bien informé, d’ailleurs je me surprend à particulièrement aimer ce que le band de Las Vegas offre à ses fans.  Ceux-ci sont particulièrement en feu, considérant qu’une bonne partie de la foule s’est déplacée pour voir Taylor Momsen, le chanteur Rick DeJesus n’en manque pas une pour rallier la foule.

C’est selon moi le point fort de cette soirée à l’Olympia, une foule extrêmement réceptive qui ne demande qu’à vivre l’expérience à fond avec les bands présent.  Les fans étaient au rendez-vous, on devait jouer un peu du coude pour se rendre au bar et au vestiaire.  Malgré le succès du groupe Adelitas Way, dès qu’ils quittèrent la scène la foule scanda déjà le nom Taylor Momsen.

Taylor Momsen & The Pretty Reckless

Si Adelitas Way a réussi à faire vibrer l’Olympia et à faire chanter la foule, il ne faisait aucun doute que The Pretty Reckless nous mènerait à l’extase.  Dès la rentrée sur scène de Taylor Momsen il n’était plus envisageable de dire un mot à son voisin.  On ne se cachera pas que c’est le centre d’attraction de ce groupe qui a particulièrement acquis son identité cette dernière année avec la sortie de leur plus récent opus, Going To Hell.  Je dois avouer qu’aujourd’hui, les membres du groupe affirment de plus en plus leur rôle, particulièrement le guitariste Ben Phillips qui m’étonne énormément à offrir des back vocals solides et pertinents.  Rapidement on remarque que le groupe semble vouloir se détacher de l’image de Taylor et s’identifier pleinement en tant que groupe.

Le choix des chansons est irréprochable, le pont parfait entre les vieux succès et le nouvel album qui se devait selon moi de rester en premier plan.  La foule chante, saute et lève le point haut et fort durant tout le spectacle, l’ambiance parfaite pour un genre de musique ou le lien entre la foule et l’artiste se doit de prendre toute son importance.

Fait à noter, entre chaque chanson, ou presque, on a droit à un blackout total.  Plus de lumière, plus de son, jusqu’au commencement de la prochaine pièce.  Ce choix de mise-en-scène me laisse perplexe, en quoi est-ce pertinent?  J’ai rapidement l’impression d’assister à la lecture live d’un album, l’absence de contenu entre les pièces devenant rapidement redondant.  Malgré tout, les déhanchements de la chanteuse semble faire rapidement oublier ce petit point négatif à une foule qui en demande tout simplement plus après chaque minute écoulé!


LE FRÈRE

Advertisements