Tag Archives: Philippe Brach

Mon Premier Show à la Place des Arts

Une belle fin de semaine de février, un relativement beau temps et un emploi du temps bien charger.  Je m’accorde malgré tout quelques bières et je me met en route vers la Place des Arts, m’étant procuré il y a quelques semaines deux billets pour Couturier dans le cadre des Week-Ends de la Chanson Québécor / Série Découverte.  Pour ajouter au piquant de la soirée, Couturier avait annoncé trois invités qui le rejoindraient sur scène tour à tour au cours de la soirée, soit Jeffrey Piton, Andréanne A.Mallette et Philippe Brach.  C’est, je dois l’avouer, ce dernier qui m’a convaincu  d’acheter mes billets, bien que je ressentais encore une légère déception d’avoir manquer le lancement du nouvel album de Couturier.

Dès notre arrivé sur place, moi et ma copine vivions notre baptême de la Place des Arts et nous nous sommes mis à la recherche de nos deux places dans la petite salle Claude-Léveillée.  Moi qui ne s’attendait pas à une ambiance particulière dut m’adapter, on assisterait là à un spectacle des plus intimes, que demander de mieux?  C’est sans même utiliser de micro qu’on nous introduit un Félix-Antoine, sourire aux lèvres et visiblement plus qu’heureux de se retrouver avec nous.  Il prend le temps de bavarder avec la foule, de raconter quelques anecdotes et de présenter ses artistes invités.  Ceux-ci prennent même place dans la salle, comprenez à quel point on parle d’un show intime!

1546188_337447229773460_5306711712585687120_n

Couturier ouvre son spectacle avec une pièce de son premier EP Fuir Le Plancher, Dans Cette Vie, qui personnellement fut la pièce qui m’a fait découvrir  Félix-Antoine Couturier en dehors de Kodiak et OLinea.  S’enchainent ensuite des pièces plutôt récente, et une reprise de Offenbach, Mes Blues Passent Pu Dans Porte, repris à sa manière, lui donnant une touche de renouveau, un regain d’énergie et de jeunesse, très beau moment du spectacle.  J’avais rapidement fait le tour de son récent album Comme Un Seul Homme, sans m’y attarder particulièrement.  De le voir en interprétation Live m’a convaincu assez rapidement!  Couturier a sa manière propre de partager son art, se souciant peu de ce qui est in ou out, il reste lui-même, l’authentique Couturier.  (Je n’en dis pas davantage, je ferrai un rapide review de cet album dans une prochaine publication!)

Je ne connaissais aucunement l’auteur-compositeur-interprète Jeffrey Piton, mais sa performance avec Couturier, durant laquelle ils nous ont livré un plottage entre deux de leurs pièces respectives, m’a énormément surprise.  Jeffrey Piton devrait nous livrer sous peu son premier album en français, signé également sous Slam Disques, j’y prêterai certainement un oeil et vous en reparlerai!  Se fut ensuite le tour à Andréanne A.Mallette de venir nous présenter une pièce de son album Bohèmes, paru l’an dernier.  Chaque passage d’un invité apportait son lot de rires et d’anecdotes, ce qui rendait le spectacle très vivant et apportait plusieurs rires et sourires parmi l’assemblée.

Je ne peux pas cacher que le moment pour lequel j’attendais avec impatience était le moment ou Philippe Brach foulerait la scène à son tour.  J’ai savouré des dizaines et des dizaines de fois son plus récent album, La Foire et L’Ordre, j’avais beaucoup hâte de le voir aller sur scène.  Malgré l’unique pièce qu’il nous interpréta, tout comme les autres invités, le voir partager la scène avec Couturier était très fascinant.  Tout deux possèdent une voix bien différente, un style très distinct mais qui se retrouve à fusionner à  merveille.  Deux chansons de deux artistes mis ensemble pour n’en former qu’une.  Nous avons d’ailleurs eu droit à une nouvelle pièce de Philippe Brach, un léger aperçu de ce qui nous attend sur son prochain album!

Somme toute, ce fut une excellente soirée qui donne foie en la prochaine génération de chanteurs et chanteuses du Québec, une génération fière de présenter du stock en français!  Je vous conseil de vous déplacer aux spectacles de Couturier qui devrait se présenter un peu partout dans les prochains mois.  Il trouvera certainement du temps entre les show de la tournée de Sylvain Cossette, tournée dans laquelle il agira en tant que guitariste.  Et très prochainement je compte bien m’offrir des billets pour Philippe Brach, Andréanne A.Mallette et Jeffrey Piton!

LE FRÈRE

10997335_378465709004945_6235484769825642324_nPlus tard cette semaine, mon retour sur le show des Mohrs au Quaie Des Brumes!

Advertisements

Philippe Brach : La Foire et l’Ordre.

Philipe Brach tortue

Artiste : Philippe Brach
Album : La foire et l’ordre

Il est toujours assez agréable de voir sortir de nulle-part un vent de fraîcheur musical bien québécois. En avril 2014, c’est avec La Foire et l’Ordre que Philippe Brach est parvenu à nous faire boire dans ses textes comme on boit avec joie une vieille 24 d’O’Keefe oubliée dans le fond d’un réfrigérateur d’épicerie de quartier.

D’une férocité très efficace, ce sont tout d’abord les textes de l’album de l’auteur-compositeur-interprète du Saguenay qui parviennent à nous séduire les tympans. Chantées dans une langue familière bien québécoise, les chansons telles que Le matin de raisons, Ressac sur la peau ou encore la déjantée Dans ma tête que Brach parvient très rapidement à convaincre celui ou celle qui choisira de donner lui donner une chance.
Cette musique qui nous fut offerte le printemps dernier n’aurait pu porter le nom d’un groupe. On sent dès la première écoute que c’est un album très personnel, que Brach a fait le ménage dans sa tête pour nous convaincre avec brio qu’il valait la peine d’être écouté.

La foire et l’ordre, c’est aussi le chant de l’amour malaisé, de la folie et de l’angoisse. Le chanteur s’y donne à cœur joie pour nous mettre en pleine face des problèmes personnels auxquels il a su dire au revoir avec ce projet. Ainsi, ces noires thématiques sont également abordées de manière à nous ouvrir la porte sur l’espoir en toute chose. Résultat : un album couvrant une gamme impressionnante d’émotions chantées dans un jouale qui nous crache en pleine face tout le méchant qu’on se garde tous en dedans. La foire et l’ordre fait du bien.

Chacune des chansons de cet opus se fait remarquer par la belle condescendance qu’elles savent transpirer. Je pense par exemple ici à Ravin, Race-Pape (ou l’ironie se chante à son meilleur) ainsi que Downtown. Aussi, une chanson telle que T’aurais pas pu nous prendre à deux nous mène à un point culminant d’une mélancolie musicale très bien dosée.

Venons-en d’ailleurs au son

Ancré dans l’héritage d’une chanson bien québécoise, ce premier opus de Philippe Brach saura satisfaire les fans des Colocs comme il saura faire sourire ceux qui on embarqué dans la folie de Bernard Adamus. Un album très moderne, il aurait cependant pu sortir il y a 20 ans et n’en aurait pas perdu une plume en efficacité. D’un son intemporel qui sait brillamment mélanger le folk, le rock et le country en allant par-ci par-là toucher à quelques envolées psychédéliques, La foire et l’ordre vient, comme une tonne de brique, nous rappeler que tout est parfois dans la simplicité. À la réalisation et aux arrangements on salue ici Pierre-Philippe Côté qui a su colorer l’album d’une façon à bien entourer la voix de Philippe Brach sans pour autant lui enlever toute la place qu’elle mérite. Parlant de voix, il faut aussi savoir que la voix de tête, ou falsetto, est ici intelligemment incorporée à des morceaux par Brach et se fait la signature vocale de cet artiste qui semble s’être rapidement forgé une place bien à l’aise au sein des critiques.
Pour terminer, sachez qu’il est assez facile de trouver plusieurs performances live de Brach sur les internet et qu’il vaut la peine de le regarder aller. La folie de l’album prend tout son sens lorsque l’on regarde Brach et son band en spectacle. Il est certainement un artiste bien d’ici qu’on saura suivre assidûment d’ici la sortie d’un deuxième album qu’on espère tout aussi rafraîchissant.

LE PARLEUR

http://philippebrach.bandcamp.com/