Tag Archives: killer

Kings Of Nowhere – The Mohrs @ Quaie des Brumes

The-Mohrs-Banner-LO.jpg-740x362

Dans ma dernière publication, je vous ai parlé de cette fin de semaine du mois de février, ou j’ai eu la chance d’aller pour la première fois au Quaie Des Brumes, assister au spectacle du groupe rock canadien The Mohrs.  C’est en première partie d’un autre groupe canadien, The Beaches, que j’ai fait leur connaissance l’an dernier.  Je m’étais promis de retourner les voir à leur prochain passage, c’est maintenant fait!  Et je dois vous dire que je ne regrette aucunement mon déplacement.

Le spectacle tombait parfaitement quelques jours après la sorti de leur premier album, Kings Of Nowhere, j’ai donc eu quelques jours pour me le rentrer dans la tête avant le show.  Accompagné de ma demoiselle, j’ai pris place dans la salle, une bonne MacTavish du Trou Du Diable en main, que demander de mieux?  Dès les premières notes, lorsque j’entrepris de chanter en choeur avec le groupe, je compris que le fan, ce soir là c’était moi.  Jackie Mohr a tout pour donner envie de se lever et de tripper, j’adore cette énergie qu’on retrouve chez The Mohrs, une musique simple et des riffs efficaces, parfois il n’en faut pas davantage!

C’est donc sans prendre de pause que moi et ma copine profitèrent de ce moment en chantant avec ce groupe qui avait joué pas mal sur repeat dans l’appartement cette semaine là!  The Mohrs c’est un rock faisant penser aux Foo Fighters, à Heart ou les Pretenders, tout en gardant une touche personnel, un léger son de garage rock.  Inutile de nier que c’est Jackie Mohr qui lead le groupe, sa motivation se lit sur son visage, guitare en main debout devant son micro, la scène c’est son élément.  Les trois boys qui l’entourent assurent à merveille les back vocals qui prennent tout leur sens une fois en Live.

download

Je profite de cette publication pour faire un léger retour sur Kings Of Nowhere, premier album complet du groupe.  C’est le single Better qui ouvre le bal sur cet album qui contient quelques surprises très intéressantes.  J’ai particulièrement apprécié Perfectly Sane et Killer, deux pièces qui représentent exactement le genre du groupe.  Néanmoins, la pièce éponyme Kings Of Nowhere se tient certainement au sommet de ma liste, donnant un sens à tout cet album, son rythme à sauce pop ayant tout pour être entraînant.  The Mohrs nous offre un album osé, un album hors des standards du moment et prêt à venir nous rentrer dedans.  Kings Of Nowhere est parfait pour se changer les idées dans une musique à première vu simpliste mais aux arrangements très intéressants.

J’ai également eu la chance de discuter avec le band après le show, eux-mêmes étant venu nous retrouver à notre table pour faire connaissance.  J’adore ces groupes qui n’essaient pas de se prendre pour quelqu’un d’autre et qui prennent le temps d’être là pour les fans.  The Mohrs c’est ce genre de band, si vous allez vers eux ils vous accueilleront à bras ouverts, et si vous n’y allez pas, c’est eux qui viendront à vous!  Si The Mohrs passe au petit bar miteux de votre coin, je vous conseille fortement d’y aller, quelques bières en main et vous serez rapidement satisfait.  Je vous revient cette semaine sur des critiques d’albums qui ont marqués ces derniers mois.

LE FRÈRE

Advertisements

Killer Be Killed

J’aborde aujourd’hui un genre de musique bien différent de nos dernières publication.  En cette journée pluvieuse, après avoir passé des heures à écouter Kasabian, Arcade Fire et Hozier, je décide de mettre Killer Be Killed dans mon lecteur.  Un choix bien surprenant mais qui permet rapidement de s’évader vers une tout autre ambiance.  J’ai découvert ce groupe de métal il y a quelques mois avec la parution de leur premier album éponyme.  Pour ceux qui ne connaissent pas, Killer Be Killed c’est ce qu’on peut qualifier d’un supergroupe, et dans ce cas ci on ne peut pas en dire autrement.  Greg Puciato de Dillinger Escape Plan, Max Cavalera de Soulfly et Troy Sanders de Mastodon assurent à eux trois une formation vocale riche en variété.  C’est Dave Elitch de Mars Volta qui assure pour sa part une présence de percussion sans faille.  Des groupes qui possèdent une réputation qu’on ne peut plus nier, un mix qui a tout ce qu’il faut pour offrir un album qui vous fera soulever de votre siège.

Killer-Be-Killed-Album-Stream

Je ne suis pas un grand amateur de métal, mais je sais apprécier ce genre de musique qui a énormément évolué ces dernières années et qui nous offrent à présent une multitude de surprise chaque année.  La première pièce de l’album, Wings Of Feather And Wax,  réussie à charmer rapidement par les jeux de voix des trois musiciens et chanteurs.  Dave Elitch quant à lui nous prouvera à nouveau que son double-kick est sans faille.  Le drum très présent et puissant en est pour beaucoup sur la réussite de cet album, on ne cesse d’être impressionné par les riffs qui nous sont offerts par le drummer de Mars Volta.

Mes coups de coeur vont sans contredits à Melting Of My Marrow et Snakes Of Jehovah, deux pièces consécutives qui offrent chacune leur lot de surprises.  La grande force de Killer Be Killed réside dans le mix des voix, trois sonorités très différentes qui se superposent et s’échange le lead tout au long des pistes.  Qu’on soit amateur de voix plutôt rauque ou plutôt aiguë, du Scream au Clean, on trouvera rapidement son compte sur cet album.

C’est évidemment un album à découvrir pour tout amateur de métal, notamment pour les fans de groupes des membres respectifs.  Une production très bien orchestrée, ne nous donne pas l’impression d’écouter un un supergroupe qui ne sert qu’à garnir les poches de Nuclear Blast, le label du groupe.  On sent les trippe de ces musiciens de talents qui participent à un projet bien différent de ce qu’ils nous offrent d’habitude.  Killer Be Killed restera pour moi un album qui porta une trace bien particulière sur un genre de métal en constante évolution.

LE FRÈRE