Tag Archives: industrie

L’industrie de la musique se meurt! Vraiment?

Je ne doute pas une minute que vous ayez tombé, tout comme moi, sur plusieurs textes traitant de la mort de l’industrie de la musique.  Les ventes de disques sont en chute libre depuis plusieurs années, les lecteurs web tuent le marché, les artistes crèvent de faim et le retour du vinyle présage le pire!  Personnellement, je crache sur tout ces médias qui tentent de nous convaincre du pire.  J’ai même lu cette semaine que les salles de spectacles seraient elles aussi en déficit.  Et pourtant, on a jamais vu les festivals du Québec prendre autant d’ampleur, et les salles offrir des line-up aussi impressionnant!

Pour ceux qui ne sont pas encore au courant, pour la première fois cette année, le streaming a officiellement généré plus de profits que la vente de cd.  Ça veut dire quoi au juste?  Ça veut dire que vendre quelque chose d’imaginaire (i.e. de l’espace mémoire sur nos ipod), c’est beaucoup plus payant que de vendre un disque, dans une pochette, avec un livret et un disquaire qui nous fait quelques sourires.  Il y a longtemps que le cd lui-même s’était fait à l’idée de mourir, lorsque son petit cousin le dvd a commencé à sombrer lentement vers le fond de notre garde-robe, pour laisser place au blu-ray et aux Netflix de ce monde.  Aujourd’hui, même le vinyle est plus in que le cd!  Pour ceux qui diront que les plate-forme de streaming n’offrent que très peu ou pas de profits aux artistes, sachez que le cd n’en offrait pas davantage, sinon moins.

969285_10152055742663129_1995597221_n

Cependant, détrompez vous, je ne suis pas un hater du disque compact!  Au contraire, j’ai mon armoire avec au-delà de 350 disques qui ramassent la poussière chez moi, et encore hier je me procurais le dernier de Noel Gallagher en copie physique.  Mais vous savez quoi?  Le jour ou je ne pourrai plus m’en procurer, je me tournerai vers ses plate formes web que je commence déjà à bien apprécier, et je continuerai de tripper à fond sur tout cet art accessible en quelques clics.  Pour moi tout ce qui compte, c’est que les artistes aient une vitrine ou partager leurs musiques, et les fans des lieux ou se rassembler pour en profiter.

Avez-vous regardé ces derniers temps tout les shows disponibles au Québec?  Personnellement j’en deviens fou, la question n’est plus de savoir si mon groupe préféré passe dans le coin, mais plutôt de savoir quel groupe je vais sacrifier car il m’est impossible de tous me les offrir!  Combien de fois ai-je manqué un show parce que c’était sold out.  Combien de fois je me suis levé à 7h du matin pour ne pas manquer la pré-vente du super show tout récemment annoncé, combien de fois j’ai échoué…  Il y a des spectacles, tout les soirs, de tout les genres et pour tout les âges!  Si les salles de spectacles ont du mal a survivre, j’ai beaucoup de mal à le croire qu’ils sont gérés par une personne saine d’esprit!  Et qu’on ne vienne pas me dire qu’il y a tout simplement trop d’offres, parce que pour un mélomane comme moi, c’est le PARADIS!

Les médias s’entêtent à vouloir nous faire avaler que l’industrie se meurt, tout en offrant chaque jour qu’un minimum de musique émergente sur les ondes.  De mon point de vu, si quelque chose est néfaste à l’industrie, se sont les médias eux-mêmes.

LE FRÈRE

Je vous laisse sur ce clip de Queens Of The Stone Age!

Advertisements

Pop et prises de becs.

La nouvelle fut annoncée récemment que le très populaire Ed Sheeran, qui devait prendre d’assaut le gigantesque Wembley Stadium de Londres en juillet pour un soir, ajoute deux dates consécutives à la première suite à une trop forte demande populaire. On sait qu’en 2007 ainsi qu’en 2011, Muse, également formation britannique, parvint à remplir le Wembley deux soirs enchaînés. Cependant, c’est la première fois que ce record a la chance d’être battu, cette fois par une popstar maintenant mondialement reconnue en ce jeune rouquin de talent.

gallagher

ED_SHEERAN_PUB1_CREDIT_BEN_WATTS.JPG

Néanmoins, là n’est pas le sujet de mon article, car je ne souhaite pas traiter de ma grande passion pour Ed Sheeran, semble-t-il qu’elle ait été égarée quelque part avant même de s’être emprise de moi. Ce qui m’a davantage intéressé dans cette histoire, c’est le commentaire de Noel Gallagher, qui n’a pas besoin de présentations, au sujet de ces trois méga-concerts dans une salle, souvenons-nous, à la capacité faramineuse de 80, 000 places.

D’un ton comme on le connaît railleur, le légendaire ex-leader d’Oasis s’est attaqué à Sheeran à l’aide de cette déclaration : «I don’t think I can live in a world where that’s even possible. When you hear that kind of polished pop and then there’s a ginger guy with a fucking guitar it seems subversive, but it’s fucking not. » Vu le succès qu’a remporté Oasis à ces heures de gloire, on ne peut attribuer ce commentaire à de la jalousie de la part de Gallagher. Par contre, il est possible de se demander si cette frustration n’est pas une forme de représailles due au fait que Sheeran avait finalement laissé tomber Gallagher pour un cocert-bénéfice pour le cancer il y a environ deux ans.

Cette petite querelle n’est pas la première qu’aura provoquée l’arrogant musicien. Celle-ci n’est d’ailleurs qu’un lien avec la question que m’a soulevé cette déclaration. Dans la citation plus haut, Gallagher parle de polished pop, en bon français de musique populaire polie. Semble-t’il qui considère qu’une trop grande attention est offerte à une musique qui s’apparente davantage à une industrie qu’à une volonté d’exprimer sa créativité par des mélodies. Le sous discours nous offre déjà plein de noms sur un plateau d’argent, je n’ai qu’à nommer les Taylor Swift, One Direction ou Ariana Grande de ce monde pour vous faire venir d’autres noms de pop stars à l’esprit.

Malgré le ridicule de la querelle, êtes-vous d’accord avec Gallagher? Êtes-vous de ceux qui croient que la pop bonbon qui régit nos plus populaires stations de radio constitue le principal mur qui bloque les multiples productions indie à se faire connaître. Il est du moins de mon avis que la tâche n’est certes pas facile pour ceux qui veulent faire de la musique différemment de s’affirmer sur une scène où on apprécie davantage la prévisibilité des structures musicales et la récurrence dans les mélodies.

Je terminerai néanmoins sur une note positive en disant qu’il est agréable de voir que, malgré le raz-de-marée de l’industrie de la musique pop ultra-radiophonique, la scène alternative nous offre chaque mois de nouveaux groupes et de nouveaux albums qui nous permettent de constater qu’il se fait encore, ici et à l’étranger, de l’excellente musique.

LE PARLEUR

Pour en apprendre un peu plus sur cette prise de bec entre les deux britanniques, voici quelques liens du magazine NME :

http://www.nme.com/news/noel-gallagher/82202

http://www.nme.com/news/ed-sheeran/69386

http://www.nme.com/news/ed-sheeran/82209?utm_source=facebook&utm_medium=social&utm_campaign=districts