Tag Archives: Fiori

Fiori : l’album québécois de l’année?

 

Vais-je choisir un album que j’ai préféré parmi tous ceux qui me sont passés par la tête depuis les douze derniers mois? En fait, je ne sais pas encore parce que, pour l’instant, je n’ai pas encore fait le tri dans mon esprit à savoir si une découverte ou une sortie était plus encline qu’une autre à triompher sur le podium de mes intérêts. Par contre, j’en suis venu à réfléchir à ce dont je n’ai pas encore parlé et qui, pourtant, a fait jaser pas mal sur la scène québécoise cette dernière année. Le premier nom qui m’est venu à l’esprit, Serge Fiori.

serge-fiori

Son nouvel album, qui porte son nom, s’annonçait comme un souffle de cor dans l’industrie nationale du disque. Les mêmes questions désagréables sont revenues : Y aurait-il un retour d’Harmonium? Fiori va-t-il faire une tournée? À ce genre de questions, il va de soi qu’on connaît déjà la réponse. Non et… non. Il est plutôt de mon avis qu’il faut savoir apprécier ce que ce grand artisan de la musique a su nous offrir depuis sa très longue absence. Cependant, Fiori est cité à quelques endroits comme album de l’année. Claude Rajotte, qu’on connaît comme un critique assez sévère, lui a même offert un 11/10 lorsqu’il détruit en ondes des groupes émergents. Vendu d’avance monsieurs Rajotte? Nous savons que l’animateur de Musiqueplus était critique de disques à CHOM fm dans les années 70 et qu’il fut un des premiers à donner sa chance à Harmonium. Doit-on néanmoins mettre le Fiori d’aujourd’hui dans le même panier que l’Harmonium d’antan? Je parle ici de ce même Harmonium qui encore aujourd’hui, ne peut que nous revenir dans les oreilles, tout l’temps.

Il est en effet assez difficile de dissocier l’un de l’autre, vu l’apport créatif de Fiori au groupe dont il fut de leader il y a de ça déjà bien des années. Cette touche Harmoniumesque, Marc Pérusse, l’homme derrière la console de mixage, est parvenu à la manier en maître. Ainsi, on retrouve sur le nouvel album du chanteur et adepte de la douze cordes ce qui nous plait le plus de l’époque de Si on avait besoin d’une cinquième saison sans pour autant qu’on en remâche les idées.

Comme Fiori l’avait mentionné en 2006 lors d’une longue entrevue accordé aux Francs-Tireurs, il avait la volonté de faire un album plus blues. 2014 arrivé, il tient sa promesse et vient nous présenter des pièces francophones à un blues bien récupéré dans son propre style. Zéro à dix constitue un bon exemple de cette influence sur l’album. Il en va de même pour la satirique Crampe au cerveau, qui énonce, sous une musique fort agréable, la haine de l’auteur-compositeur pour le gouvernement Harper. Ce qui choque davantage, ce sont certains textes sur l’album. Les deux chansons précédemment mentionnées, et je présente ici un avis purement personnel, sont abordées sur un degré tellement primaire qu’on ne peut plus reconnaître la force poétique de Fiori, celle qui nous faisait décoller la conscience à des miles en l’air avec Harmonium ou Fiori Séguin. Déçu, je l’ai aussi été par le texte de Le Monde est Virtuel, single de l’album. Comment est-ce que l’auteur d’un chef-d’œuvre comme l’Exil peut-il se contenter de faire rimer twitter avec toaster? La musique du single reste malgré tout fort bien écrite et m’a permis d’apprécier la pièce pour ce qu’elle est : un single radiophonique qui assume clairement ses idées (légèrement dépassées d’ailleurs).

Heureusement, Fiori est aussi un album convaincant qui affiche fièrement des pièces comme Le chat de gouttière, Démanché ou l’Heptadesque Si Bien. Mes principaux coups de cœur se sont formés dès la première écoute de l’album, le jour de sa sortie, à travers l’excellente Jamais où Fiori est accompagné de son ancienne collègue d’Harmonium Monique Fauteux. Encore une fois, ils prouvent que leurs voix peuvent se marier à une perfection qui n’est, à mon avis, égalée que de peu de chanteur au Québec. Le sanskrit de Laisse-moi partir et de Seule ne laisse aucun doute quant au génie de Fiori de pouvoir mélanger spiritualité et musique. Il l’avait d’ailleurs brillamment démontré avec ses albums de mantras il y a quelques années.

fiori photo

Ce qui rassure, c’est que les textes des trois dernières chansons mentionnées permettent de comprendre que Serge Fiori n’a rien perdu de sa plume. Si l’humour un peu facile de certaines autres chansons ne me plait pas, il peut cependant venir rejoindre un autre public. J’aime profondément la musique de cet auteur-compositeur en grande partie pour ses textes et leur manière d’être chantés.

Au final, c’est d’ailleurs pourquoi je ne décrocherai jamais vraiment des trois albums studio d’Harmonium. Que l’on passe par Si doucement qui chante le moment présent, Depuis l’automne, élégie socio-politique ou que l’on passe par Lumières de Vie qui raconte l’éclipse à travers la conscience humaine, il n’est aucune raison sur terre de ne pas donner d’attention au travail de Serge Fiori. Son album, je l’ai acheté, je l’ai aimé, mais j’essaie malgré tout de rester critique quant à son importance en 2014. Les Québécois sont un peuple émotif, l’album s’est vendu sur de la nostalgie, mais heureusement, il reste un album de qualité. Est-ce qu’il vient révolutionner l’année 2014 en musique? La question est peut-être trop grande pour y répondre. Fiori vient-il révolutionner VOTRE année 2014 en musique? Il n’appartient qu’à vous de trouver la réponse.

LE PARLEUR

Advertisements