Tag Archives: f.e.a.r.

Les conseils de Papa Roach

F.E.A.R. : Fuck Everything And Run?

Lors de son arrivé en studio, c’est avec un gros sharpie à la main que Jacoby Shaddix inscrivit en gros sur le mur du studio F.E.A.R. .  La peur, voilà ce qui motivait le chanteur de Papa Roach a vouloir retourner en studio.  D’après ce que j’en sais, notre petit Jacoby, déjà peu réputé par sa sainteté, aurait passé beaucoup de temps à Las Vegas ces dernières années.  Comme vous devez vous en douter, on ne passe pas son temps à boire le thé, à Las Vegas.   C’est tout de même avec une grande motivation, et le désir de vaincre cette peur, que le groupe décida de travailler avec le duo de production père-fils, Kane et Kevin Churko.  Un choix plus que sensé, Kevin Churko ayant travaillé avec Ozzy Osbourne, Slash, Five Finger Death Punch et même Ringo Starr!  (D’accord, ce dernier n’est pas si impressionnant…)  C’est donc dans un studio situé à Las Vegas, lieu même de tout ses soucis, que Jacoby et ses compatriotes de Papa Roach s’aventurèrent à prouver à nouveau à tous que Papa Roach, c’est pas mort.

proach-e1421418391523

Jacoby avoue avoir longtemps eu en tête la signification Fuck Everything And Run à l’acronyme F.E.A.R. .  Ce n’est que plus tard qu’ils décidèrent plutôt d’utiliser Face Everything And Rise, un choix plutôt judicieux.  La pièce éponyme de l’album réussit rapidement à nous emporter dans la vague.  Si comme moi vous avez gueuler les paroles de Last Resort un nombre incalculable de fois, cet album est pour vous!  Un retour au source?  aucunement.  Un vent de fraîcheur? assurément.

En 2015, le rock est lourd.

Il ne faut pas se mentir, chaque fois que ce genre de groupe sort un album, on se dit que se sera certainement le dernier!  Déjà en 2012, on n’y croyait pas de voir Papa Roach revenir en force avec The Connection.  Et voilà qu’ils sont de retour en 2015.  On ne peut certainement pas les accuser de ne pas vouloir faire rocker à nouveau leurs fans qui semblent rester très fidèles.  F.E.A.R. se trouve être un album très actuel, aux sonorités du temps et aux teintes  électro dont on ne peut se passer aujourd’hui.  En effet, c’est un son très loud qui nous est offert sur cet album, des riffs pesants, une bass qui vient nous claquer au visage, tout pour être satisfait!

papa-roach-interview

Skeletons, Broken As Me, Falling Apart, des pièces qui arrivent à nous rappeler le bons vieux temps.  Malgré une évolution hallucinante du style du groupe, on ressent toujours cette même énergie qui nous faisait tripper dans le temps de Infest au début des années 2000.  Les pièces qui m’ont fait particulièrement accroché à F.E.A.R. sont sans hésiter Love Me Till It Hurts et Warriors.  (Si vous deviez en écouter deux sur repeat, c’est celle-ci que je vous conseillerais!)

Je ne désire pas entrer davantage sur l’énumération des pistes, car au final, dans son ensemble, c’est un album typique de Papa Roach.  Des refrains accrocheur, une parfaite dose de pop, des moments plutôt calme ou Jacoby arrive à nous faire sortir quelques larmes, et des moments très pesants ou il arrive à tout simplement nous donner envie de tout casser autour de nous!  O.K., j’exagère quelque peu.  Tout ce que j’ai à dire c’est adorez-le, haïssez-le, achetez-le ou downloadez-le, mais ce qui importe le plus, c’est de l’écouter.  Je peux vous garantir que vous trouverez assurément une ou plusieurs pistes qui feront votre bonheur.

LE FRÈRE

Advertisements