Temples : la rétrospection à son meilleur.

Temples image

Présentement en tournée nord-américaine, le groupe pop-psychédélique du Royaume-Uni Temples a rapidement su attirer l’attention des médias britanniques pour se construire, à l’aide de son premier album Sun structures, une notoriété encore grandissante. Cette montée en flèche depuis février dernier semble s’expliquer d’elle-même lorsqu’on observe le bagage de la formation formée par James Edward Bagshaw et Thomas Edward JamesWalmsley en 2012.
En effet, malgré la rapide ascension du groupe de Kettering qui a fait ses classes en tournée dans de gros festivals Européens avec The Vaccines ou encore Kasabian, on peut comprendre assez rapidement qu’on a à faire à une machine bien huilée et à des musiciens de talent. Supportés par Heavenly Recordings, le quintette que forment les membres de Temples a su bien se préparer à en arriver à s’auto produire et arriver au bon moment pour se glisser dans les mailles du show businnes britannique. Reste cependant à voir si la portion très pop des fondements psychédéliques du groupe lui permettra de s’attirer les oreilles des ondes radiophoniques et de passer à un autre stade lorsqu’ils devront entrer à nouveau en studio.
Il n’est par contre jamais bon de se hâter, ne nous lançons donc pas dans trop de projections futures et venons en au son.
L’arrivée des Temples sur la scène britannique se veut certes stratégiquement infaillible, car ils savent user brillamment de possibilités créatives qui se présentent à eux pour nous offrir une musique moderne extrêmement efficace entièrement plongée dans un univers musical qui nous rappelle une époque bouillonnante de l’histoire de la musique populaire. Avec les Temples, on plonge dans la boucane de l’âge d’or du psychédélique de la fin des années 60 et du début des années 70. Depuis son entrée étourdissante dans la culture populaire, le psychédélique a toujours su s’immiscTemples album coverer dans la mémoire collective pour s’établir à chaque fois un peu plus solidement. On en est à cette renaissance qui arrive enfin au 21e siècle après que des groupes tel que The Brian Jonestown Massacre aient porté le flambeau au courant des années 90.
Les Temples nous font cadeau d’un vent frais qui ne va certes rien révolutionner. Cependant, chaque groupe joue un rôle dans les engrenages de la musique et c’est avec des chansons comme Golden Throne, Sun Structures et Shelter Song que ces musiciens rappelle au grand public que le son psychédélique fut jadis le point de convergence intellectuelle de toute une génération.

Quand on observe des performances live du groupe, on ne ressent pas de nostalgie, mais plutôt un certain contentement de contempler un genre de musique unique qui a su traverser le temps avec classe; un genre qui fait attention à ne pas vieillir mal. Sans trop essayer de tomber dans la comparaison, il est assez inévitable d’associer les influences des légendes que sont The Beatles ou encore The Doors, c’est d’ailleurs pourquoi l’écoute de Sun Structures fonctionne si bien à l’oreille. Il est aussi impossible de ne pas avoir l’impression que les musiciens de cette formation de Kettering ont décidé de sortir de la poussière le vieil équipement de Pink Floyd pour nous offrir une musique qui s’écoute avec de gros écouteurs comme se goûte un vin bien vieilli. Il suffit de regarder la vieille Gretsch de James Edward Bagshaw ou encore sa magnifique Danelectro 12 cordes pour comprendre rapidement ce à quoi on doit s’attendre aux premières notes d’un album réalisé avec professionnalisme, modernisme et minutie.
Très personnellement, il me semble que la douce mélancolie et les couleurs musicales de chansons telles que Move with the Seasons ou Colours To Life, deux titres fort bien alignés au milieu de l’album constituent ce qui donne envie de toujours plus approfondir l’écoute d’un album qui s’écoute si bien en vinyle sur une vieille table allemande.
Si votre écoute de cet album vous fut agréable, il est certes une bonne nouvelle! Sachez que les Temples seront de passage au Cabaret du Mile End le mercredi 22 août accompagnés des Américains de The Districts. Le prix des billets en vaut la peine! Il en aura sans doute plus à lire sur Temples dans un futur proche!

LE PARLEUR

https://www.facebook.com/templesofficial?fref=ts

http://templestheband.com/

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s